/
« Penser & faire le design ! »

Olivier Saguez, utile

Extrait de l’interview portrait pour le magazine Business Immo juillet-août 2022, par le rédacteur en chef Luc-Etienne Rouillard Lafond. 

Depuis près d’un quart de siècle, son agence de design global Saguez & Partners s’est attelée à concevoir des lieux de vie et de travail en mélangeant les codes, les genres, les univers, avec comme considération suprême ceux qui les habitent. Rencontre avec Olivier Saguez, créateur éclectique et engagé.

En plein cœur de la fresque gigantesque surplombant le bureau de son domicile, qui cristallise les principes fondateurs de sa démarche créatrice, trois mots sont mis en exergue comme autant de valeurs cardinales : « le beau, la vérité, l’utile ». Et une devise : « Le design n’est pas là que pour faire joli. » Olivier Saguez insiste : il n’est pas un artiste, mais côtoie l’art depuis l’enfance, « J’ai eu une formation à base artistique très forte, de la première jusqu’au bac, avec dix heures par semaine de dessin et d’histoire de l’art dans une école très libre », se remémore le président fondateur de Saguez & Partners. Après avoir hésité entre architecture et architecture d’intérieur, il choisit cette dernière et intègre l’école Boulle, institution centenaire du 12e arrondissement parisien. « Mes professeurs m’ont souvent dit que j’étais très observateur, que je voyais des choses que les autres ne voyaient pas, et m’ont donc conseillé l’architecture d’intérieur parce que cette discipline pense les usages, un mot que je n’avais encore jamais employé. »

L’usage avant tout

Conjuguée à une licence d’histoire de l’art menée de front – « parce que l’histoire, c’est la culture qui, en retour, est primordiale au design et à la compréhension des usages » –, cette formation l’invite en stage le temps d’un été chez le designer franco-américain Raymond Loewy. C’est là qu’il découvrira le design global, concept marquant qui le suivra tout au long de sa carrière. Après une année de service militaire comme chasseur alpin, il intègre le cabinet comme spécialiste de la couleur et est confronté à la question qui guidera ensuite sa vie professionnelle : « Suis-je dans l’utile et l’usage, et donc appelé à respecter une commande, ou suis-je un artiste cherchant à s’exprimer ? Mon métier est d’être utile, j’en ai eu assez vite l’intuition. Je ne suis pas un artiste, je ne veux pas et je n’en suis pas capable. » 
Un postulat qui n’évacue évidemment pas l’importance de l’esthétique, la maxime dit bien « Le design n’est pas là QUE pour faire joli », rappelle-t-il, celui-ci ne doit pas se substituer aux besoins de l’usager. Aussi, dès ses débuts, sa mission consistera avant tout à mettre sa créativité au service des autres, qu’il conçoive un nouveau TGV pour la SNCF, le logo d’une entreprise ou un nouveau lieu. « Pour moi, être utile consiste à se préoccuper des usagers et les servir, abonde le designer. J’aime les cahiers des charges, j’aime servir les autres, et d’ailleurs, j’ai été l’un des rares à l’école à savoir déjà que je serais au service de l’utile. Tout mon parcours a consisté à m’assurer d’être un designer et pas un artiste. »

Voler de ses propres ailes

Accompagné d’anciens de Raymond Loewy, il passera ensuite quelques années au sein de l’agence Beautiful | Landor – en tant que directeur de création avant de cofonder, aux côtés du célèbre publicitaire Philippe Michel, l’agence Proximité | BBDO. « Je suis revenu à mon métier d’architecte intérieur, après avoir évolué chez Beautiful dans le design sous toutes ses formes. J’ai réappris à avoir un fil conducteur en travaillant pour différentes marques comme Apple ou Leclerc, en cherchant à incarner concrètement leurs identités dans leurs designs. » Au décès de son partenaire, « un peu orphelin », il est temps pour Olivier Saguez de fonder sa propre société sur une idée simple : « Dans le mot ‘‘marque’’, il y a l’idée de marquer. Je vais donc incarner la différenciation, mais par les lieux. » Ainsi naît en 1998 l’agence Saguez & Partners, dont la philosophie recoupera les principaux enseignements de son fondateur. « Les idées de marque et d’usage ne sont pas contradictoires, clame-t-il. Les usages répondent aux besoins des utilisateurs, alors que la marque révèle son identité. Nous avons appliqué cette idée à toutes les typologies de lieux.» Centres commerciaux, gares, aéroports, espaces tertiaires, hôtels, hôpitaux… Le terrain de jeu de l’agence est aussi hétéroclite que les intérêts variés d’Olivier Saguez. « Les usages sont toujours en mouvement et ce que l’on propose aux gens est toujours en retard, constate-t-il. Pour être à peu près à l’heure, j’ai intérêt à bien comprendre l’évolution des gens. D’autant que, contrairement à l’architecte, mon travail n’est pas de m’occuper du bâtiment, mais des gens qui vont y vivre, de leurs usages. L’immeuble sera ou non validé par eux ; la création de valeur est dans leur satisfaction, celle de l’usager. »

Entrepreneur engagé

Avec près de 25 ans d’existence, Saguez & Partners emploie aujourd’hui plus de 150 collaborateurs. Olivier Saguez n’est plus seulement un designer, mais aussi un entrepreneur accompli dont la société est aujourd’hui un cador de son secteur et propose un large éventail d’expertises, de l’architecture à la stratégie en passant par la mobilité, l’identité de marque et l’environnement. Un succès inespéré, voire redouté par le designer. « J’essaie de faire ce dont j’ai envie, mais plus que tout, j’essaie de ne jamais faire ce que je ne sais pas faire, confie-t-il. Avec ce tempérament, je m’attendais à ce que l’on reste une petite agence, mais il se trouve que cette façon de faire a plu très vite à beaucoup de clients. Un peu malgré moi, je suis devenu entrepreneur par nécessité. » Et le succès de l’agence tient avant tout dans la force de ses équipes, continue-t-il : « Le plus difficile n’est pas d’avoir des clients, mais d’attirer et fidéliser les meilleurs talents. Pour ce faire, j’ai rapidement intégré une école à notre agence et fait en sorte d’avoir plus que des collaborateurs, mais des associés avec qui je partage. Je n’ai plus le goût de l’auteur, mais celui de l’idée et de l’intelligence collective. Je suis plutôt un entraîneur ou un capitaine désormais, et je ne tiens pas à mettre tous les buts dans le match. Les sujets sont complexes aujourd’hui, aussi il faut que nos solutions soient rapides, économiques et durables. » De la même façon qu’il a longtemps mis sa créativité au service des autres, le designer souhaite aujourd’hui placer son entreprise au service de la société. Impliqué dans le monde associatif de Saint-Ouen- sur-Seine, notamment avec la création de la Fondation d’entreprise Saguez « Le design pour tous », Olivier Saguez a établi en 2016 sa Manufacture Design dans l’écoquartier des Docks de Saint-Ouen. « Mon autre engagement est celui du développement durable, explique-t-il. Avec la Manufacture Design, nous expérimentons sur notre capacité à vivre dans un lieu et dans un quartier exemplaire, de mixité, d’usages, en nouvelles mobilités et, bien sûr, avec un bilan carbone hors du commun en région parisienne. »  

Lire l’article en entier

Retour blog
vel, pulvinar consectetur justo ipsum adipiscing facilisis Aenean venenatis mattis