/
« Penser & faire le design ! »

Le Point : vous n’allez pas reconnaître votre bureau !

Guillaume Poitrinal, spécialiste de la construction en bois et le designer Olivier Saguez livrent au Point leur vision des espaces professionnels.

Il en est persuadé, rien ne sera plus comme avant. Les termes du débat, selon Guillaume Poitrinal ? « Le télétravail… Les patrons n’y croyaient pas il y a seulement deux mois… Mais avec le confinement, la preuve est faite que l’on peut travailler de chez soi efficacement. Tout le monde va désormais se poser la question suivante : pourquoi irais-je au bureau, si je peux rester tranquillement à la maison ? Le bureau va donc devenir un endroit choisi.  » Sa réponse est double : « D’abord, le bureau deviendra un objet de désir, en proposant un niveau de confort et de bien-être que l’on ne pourra pas s’offrir chez soi. Ensuite, en cas de nouvelle pandémie, le salarié n’aura plus rien à craindre, on fera en sorte qu’il soit en parfaite sécurité au travail. »

Le salarié peut travailler à l’air libre quand la météo le permet. Il se reconnecte au cycle des saisons : de son poste de travail, qui privilégie les lumières naturelles, il voit la neige tomber en hiver et les nuages défiler dans le ciel toute l’année. « Avec la crise du Covid-19, l’extérieur du bâtiment apparaît vraiment essentiel, vital, assure le designer Olivier Saguez, qui a participé au projet. Jusqu’au 15 juin, seules les terrasses des cafés ont été autorisées à ouvrir… C’est bien la preuve que c’est bon pour la santé et pour l’hygiène d’être au grand air. Il faut donc multiplier les terrasses, rendre les accès aisés aux espaces extérieurs… Les collaborateurs doivent pouvoir y souffler, s’évader. »

Chez Saguez & Partners, on aime les arbres et on aime le bois. 100 % pensée et conçue par les designers et les architectes de l’agence, son lieu, la Manufacture Design, est un bâtiment tout bois. L’agence de design met du bois dans tous ses projets : commerces, bureaux, écoles, hôtels, gares, quartiers de ville… Il est donc naturel qu’elle conçoive le design d’Arboretum, premier campus tertiaire en bois d’Europe, sous l’égide de Woodeum et de BNP Paribas Real Estate..

Pour lutter contre le virus, Poitrinal et son comité scientifique (1) insistent également sur la nécessité de disposer d’une ventilation naturelle, avec des fenêtres qui s’ouvrent… Ce qui paraît basique mais reste rarissime dans les bureaux d’aujourd’hui. Il propose aussi de « tuer les faux plafonds, ces nids de poussière » pour permettre la circulation d’un volume d’air plus généreux.

LIRE L’ARTICLE

 

(1) Le comité d’étude sur les bureaux du futur, mis en place par Woodeum, réunit des scientifiques (la docteure en biologie Florence Aviat, spécialiste des propriétés du bois, et le médecin généraliste Nicolas Carreau) ainsi que des professionnels de l’immobilier (le designer Olivier Saguez, les architectes Nicolas Laisné et Dimi tri Roussel et le bureau d’étude Artelia). 

Photographe © Frédéric Baron-Morin
Retour blog
leo. amet, felis ultricies Sed id