/
« Penser & faire le design ! »

La ville Instagram selon Olivier Saguez dans Society

En quelques années, l’application a changé la façon dont on mange, dont on va au musée, dont on voyage, dont on s’aime. Mais que se passe-t-il, à la fin ?

En France, le très coté designer Olivier Saguez s’inquiète lui aussi de cette uniformisation et s’agace de ses collègues qui trouvent leurs idées sur Instagram, comme de ses clients qui viennent lui demander de faire la même chose, encore et encore. « C’est devenu difficile d’être créatif, dit-il. Tout le monde a peur de se tromper, donc on se repose sur des études de consommateurs, qui eux mêmes ne raisonnent qu’en fonction de ce qu’ils connaissent déjà. Or la page blanche, ce n’est pas de regarder sur Instagram, c’est de ne rien regarder. Avec les réseaux sociaux, on est vite piégé entre ce que l’on connaît déjà et ce qu’aiment les gens que I’on connaît. » Selon lui, Instagram n’est rien de moins qu’un amplificateur de mondialisation qui accélère la « brooklynisation » du monde. « On a toujours copié. Les Vénitiens ont copié sur les Florentins, les Romains sur les Grecs. Mais aujourd’hui, j’ai l’impression qu’il n’y a plus de volonté de transcender. Demain, je pars en Grèce, je sais que je vais retrouver des ampoules à filaments, des palettes recyclées et les mêmes mots anglais inscrits aux murs. Mais le jour où on aura partout le même mauvais café, le même mauvais burger, le même design, est ce que ça vaudra encore la peine de voyager ? »

Pour lire l’article complet, cliquez ici !

Article publié le 4 octobre 2018 dans le magazine Society
Journalistes : Arthur Cerf et Anthony Mansuy

Retour blog
velit, nunc vulputate, ultricies commodo vel, odio efficitur. porta.